Album Me 'zalc'h ur fulenn aour

An iliz ruz

 

1

Neb ’z afe e Nyarubuyé

Un iliz wenn ’welfe du-se

 

Un iliz wenn ’welfe du-se

E-mesk ar bleunioù hag ar gwe’

 

E-mesk ar gwez hag ar bleunioù

Ar bleunioù gouez liesliv

 

Met ar bloaz-mañ, int ’zo deu’t du

Ur reuz, unan bras ’zo erru.

 

2

« -Nyarubuyiz, din-me lâret

E deun ar saon petra ’welet

 

E deun ar saon petra ’welet

’Vit krenañ holl ’vel-se kevret

 

’Vit krenañ holl ’vel-se g’an aon

War ho tremmoù liv ar spouron ?

 

-Eno soudarded o tostaat

Gwad ganto leun war o dilhad

 

Gwad ganto leun war o dilhad

Aourgon da heul en ur vagad

 

Tec’homp, tec’homp ar buanañ 

Kent dezho erruiñ amañ !

 

-E-barzh an iliz it diouzhtu

It diouzhtu eno da repu

 

It diouzhtu eno, me ho ped

Ha na vo graet deoc’h droug ebet

 

Ha na vo graet deoc’h droug ebet

Ne ’z a ket tre an dud armet ! ».

 

3

Met an nor a zo divarc’het

Ha setu lañset an diaouled

 

Met divarc’het eo an nor

Hag int ’diabarzh leun a fulor !    

 

Ha da wallañ ar gwerc’hezed

Da doullgofañ ’n dougerezed

 

Ha da skrapat ar babigoù

Ha d’o strapal ouzh ar murioù

 

Ha da zibennañ diehan

Ar re gozh ’vel ar re yaouank

 

Ar re yaouank ’vel ar re gozh

Eus ar mintin betek an noz

 

Eus ar mintin betek an noz

’C’h ober g’ar maen-font ur pilgos

 

Hag ar c’halvar da ziframmañ

Hag an tammoù da entanañ

 

Ha da entanañ an tammoù

Da strinkañ en tan ar pennoù

 

Ha drant ha laouen da goroll

En-dro d’an tantad, un horrol !

 

4

Yen kalon ’n hini na ouelje

Antronoz e Nyarubuyé

 

Antronoz e Nyarubuyé

E-tal an iliz ma vije

 

O klevet ar c’hloc’h o vrallañ

Eñ e-unan hep ehanañ

 

Eñ e-unan hep ehanañ

Rak ar beleg krouget outañ

 

O klevet ar c’hloc’h o vobiñ

War un dro ’koagal ar brini

 

’Koagal ar brini war un dro

Ha ’hudal ar chas d’ar marv !

 

Yen kalon ’n hini na ouelje

Antronoz e Nyarubuyé

 

Antronoz e Nyarubuyé

E-barzh an iliz ma vije

 

‘Welet korfoù marv pep lec’h

Korfoù en traoñ betek an nec’h

 

Korfoù a-vern ’hed an alez

A-ispilh ouzh ar pondalez

 

Korfoù a-skign er chantele

Hag er sekretiri, o ma Doue !

 

Korfoù mac’hagnet, stank-ha-stank

Korfoù ha gwad evel ur stank

 

Gwad evel ur stank war an dar

E-barzh ar piñsinoù leun-barr

 

Gwad strinket war ar mogerioù    

War ar sent hag ar gwerennoù

 

Gwad brizhet war an taolennoù

’Teverañ eus ar piledoù

 

Gwad bev atav, ’tal an aoter

’Redek fonnus ’barzh ar skalier

 

’Redek fonnus ’barzh an diri

’Vel ur wazh, enni izili

            

Enni izili o vonet

Kaset, digaset gant ar red

 

Hag e-barzh o terriñ sec’hed

Dre vagadoù chas ha fraved

 

Dre vagadoù chas ha brini

Ha frev en-dro da chervadiñ !

 

5

« Koulmig gwenn war an tour-iliz

’Lec’h ’maoc’h pignet o ouelañ kriz

 

O ouelañ kriz gant kement-se

Nijit kuit buan alese

 

Nijit kuit buan alese

Betek an neñvoù, da Zoue

 

Da Zoue, betek an neñvoù

Da lâret eno d’an Aotrou

 

D’an Aotrou sur, pa ne oar ket

Ar gwalldroioù-se ’sko ar bed

Na bermetfe ket tamm ebet ! »

 

’Oa ket ar gerioù peurlâret

Taraniñ spontus ’n oabl ’deus graet

 

Taraniñ spontus ’n oabl ’deus graet

Evel biskoazh c’hoazh n’en doa graet

 

Evel biskoazh c’hoazh n’en doa graet

En uhel Doue kounnaret

 

’Oa ket peurlâret ar gerioù

Glav a gouezhas evel daeloù    

 

Daeloù a gouezhas evel glav    

E-pad eurvezhioù, hep arsav

 

An aeled ’ouelañ ’n ur gevret

En neñvoù d’ar re verzeret !

 

6

Eus daou vil, holl gwitibunan

’Zo bet lazhet nemet unan

 

Ur plac’h vihan a drizek vloa’

Hec’h anv ’zo Valentina

 

Ur plac’h troc’het he bizied

Da vezañ he goûg diwallet

 

Ur plac’h koant daoulagad teñval

Teñval ha don ’vel un noz dall

 

Met enni tamm steredenn ’bet

Un devezh ez int bet mouget

 

Un devezh foll a viz Mae

En iliz ruz Nyarubuyé.

 

Denez

L’église rouge

 

1

Quiconque irait à Nyarubuyé

Verrait une église blanche

 

Il verrait une église blanche

Parmi les arbres et les fleurs

 

Parmi les arbres et les fleurs

Les fleurs sauvages de milles couleurs

 

Mais cette année elles sont noires

Un malheur, un grand malheur est arrivé.

 

2

« -Gens de Nyarubuyé dites-moi

Que voyez-vous dans la vallée

 

Que voyez-vous dans la vallée

Pour trembler tous ainsi

 

Pour trembler tous de peur

Et qu’on lise l’effroi sur vos visages !

 

-Nous voyons des soldats venir

Les vêtements maculés de sang

 

Les vêtements maculés de sang

Une horde de chacals les suit

 

Fuyons, fuyons au plus vite

Avant qu’ils n’arrivent !

 

-Réfugiez-vous dans l’église

Et il ne vous sera fait aucun mal

 

Aucun mal ne vous sera fait

Les hommes d’arme n’y entrent pas ! ».

 

3

Mais les portes de l’église sont enfoncées

Et les démons en furie

Sont précipités à l’intérieur

 

Et de violer les jeunes filles

D’éventrer les femmes enceintes

 

Et de prendre les foetus

De les jeter contre les murs

 

Et de couper sans répit les têtes

Des jeunes et des vieux

 

Des jeunes et des vieux

Du matin jusqu’au soir

Les fonts baptismaux comme des billots

 

Et de briser la sainte croix

Et d’y mettre le feu, o sacrilège !

 

Et d’y mettre le feu et d’y jeter les têtes

Et de danser tout autour

Une macabre farandole.

 

4

Froid le coeur de celui qui n’eut pleuré

 Le lendemain à Nyarubuyé

 

Le lendemain devant l’église

D’entendre la cloche sonner

 

D’entendre la cloche sonner

Sonner d’elle-même 

 

Sonner sans cesse le glas

Le prêtre y était pendu

 

Et d’entendre les corbeaux

Croasser à en devenir sourd

Et les chiens hurler à la mort !

 

Froid le coeur de celui qui n’eut pleuré

Le lendemain à Nyarubuyé

 

Le lendemain devant l’église

D’y voir des cadavres éparpillés

 

Des cadavres entassés dans les allées

Suspendus à la tribune ou gisant dans la nef

 

Des cadavres mutilés, les uns sur les autres

Et du sang comme une marre

 

Du sang comme un étang

Sur le dallage et débordant des bénitiers

 

Du sang éclaboussé sur les murs

Sur les statues des saints et sur les vitraux

 

Du sang projeté sur les tableaux

Et coulant des cierges

 

Du sang encore frais devant l’autel

Ruisselant sur les marches

Emportant les membres arrachés

 

Et les meutes de charognards s’y désaltérer

Avant de retourner au banquet !

 

5

« Blanche colombe, perchée sur le clocher

Qui pleurez à fendre l’âme

 

Qui pleurez devant un tel massacre

Envolez-vous, envolez-vous vite

 

Envolez-vous jusqu’aux cieux

Pour dire à Dieu

 

Pour dire au Seigneur

Les tourments qui frappent le monde

Et qu’il ne saurait permettre ! »

 

À ces mots le ciel tonna terriblement 

Comme jamais auparavant

Le Tout Puissant montrait sa colère

 

À ces mots la pluie tomba à verse

Comme des larmes, des heures durant

Les anges du ciel pleuraient les martyrs !

 

6

Sur les deux mille personnes 

Réfugiées dans l’église

 

Toutes ont été tuées 

À l’exception d’une seule

 

Une petite fille de treize ans

Du nom de Valentine

 

Elle avait les doigts coupés

Pour avoir protégé son cou

 

Une petite fille aux grands yeux noirs

Profonds comme une nuit « aveugle »

 

Comme une nuit sans étoiles

Elles se sont éteintes

 

Un mois de mai de folie

Dans l’église rouge de Nyarubuyé.

 

Denez