Album Mil hent - Mille chemins

Ar marv gwenn

 

’N erc’h o kouezhañ war al leur-borzh

’R gegin o c’heizañ ’barzh al liorzh

 

’R gegin el liorzh o c’heizañ

’N avel-viz er gwez o c’hwezhañ

 

’Addegas da soñj d’am spered

Un darvoud, unan kriz-meurbet

 

Ur yenijenn spontus ’zo bet

Er vro, setu rik ur c’hantvet

 

Aet ’zo ganti meur a hini

Daou vilion hanter, tostik tri

 

Aet ’zo ganti tost tri milion

A-walc’h da sevel ur chañson

 

A-walc’h da sevel ur werzenn

Anvet eo "Ar marv gwenn" :

 

1

« -Piv ’zo o lopat war ma dor

Ken diwezhat-se ’c’houl digor 

 

’C’houl digor ken diwezhat-se

Lârit din-me, en anv Doue !

 

Mard eo laer, an hini-se

Ma kerzhit kuit pell alese

 

’Barzh an ti-mañ ’met ur paourkaezh

Ur paourkaezh hini zibourvez

 

’Barzh an ti-mañ ’met dienez

Dienez ha tristidigezh

 

Tristidigezh ha dienez

Netra, netra all da laerezh !

 

-N’ho peus ket tamm aon da gaouet

Ul laer n’on-me ket tamm ebet

 

Ul laer n’on-me ket tamm ebet

Ur beajour diank ’lâran ket

 

Ur beajour diank fatiget

G’an anaoued treuziet-didreuziet

 

Treuziet-didreuziet g’an anaoued

’Vonet o klask korn un oaled

        

Korn un oaled d’en em dommañ

Hag ur gador da ziskuizhañ

 

Hag ur gador ma permetet

Digorit din-me, me ho ped !

 

-Korn ma oaled din ’zo skornet

Me n’am eus tamm keuneud ebet

 

Me n’am eus tamm keuneud ebet

Na gador allas kennebe’t

 

Na gador allas ebet mui

Aet int holl en tan da leskiñ

 

Na gador, na bank, na netra

Aet int holl en tan ’vit tommañ

 

’Met ur c’hozh planken ganin-me

Warni ledet ma bugale        

 

Warni ledet ma zri bugel

Gronnet gant ar memes liñsel

 

Gronnet gant ar memes lienenn

Ma fried ganto ’n o c’hichen

Aet int holl gant ar marv gwenn ! »

 

2

a)

E Kerspouron ’n hini ’vije

Kriz e galon ma na ouelje

 

O klevet e kêr e pep korn

’Met o yudal an avel-skorn

 

’Met an avel-skorn o yudal

Ha karr an Ankoù o kouignal

 

Hini an touller tro ha tro

’Vonet ha ’tonet, gant o zro 

’N ur c’han-ha-diskan kañv mar zo

 

Ha ganto ’r gargad ken ponner

Gant daou varc’h-tenn ’oa red ober

Pevar a-wechoù, ur vizer !

b)

’N hini ’vije e Kerspouron

Ma na ouelje, kriz e galon

 

O welet e-tal ar vered

Korfoù marv e-leizh berniet

 

Korfoù marv e-leizh berniet

Yaouank ha kozh, trist da welet

 

Korfoù marv ar paour-kaezhed

Amportet holl gant an anoued

 

D’o beziañ an douar re galet

Eñ ken skornet rak ar yended !

 

Hag ar beleg war e dispi

Pa ne oa ket d’o nouenniñ

 

Pa ne oa ket nann, tamm ebet

Rak an olev-sakr kaledet :

« O ma Doue, daoust penaos ’vo graet ? »

 

Ne oa ket e gomz peurechu

’C’hwezhas ur barrad avel ru’

 

O tougenn ganti strinkoù sklas

Evit gwer torret lemmoc’h c’hoazh

 

Ma fregas tout e zilhadoù

Ken na chomas nemet pilhoù

 

Ne oa ket e gomz lâret holl

’C’hwezhas ur barrad avel foll

 

’Vel ’vefe deu’t ’s an ifern yen

Ma troas e statu an den

 

Ma troas an den e statu

Hag ar sakristed a bep tu

 

Hag ar sakristed ’n un taol kont

War an dachenn o ya, ur spont !

 

3

’Lec’h ’oa seizh kant den er barrez

Chomet ’zo ’met daou, un druez !

 

Chomet ’zo ’met daou, ur c’houblad

Ur paotr hag ur plac’h ’ugent oad

 

C’hwezet ganto e-kreiz ar plas

D’en em dommañ un tantad bras

 

Un tantad bras, Doue benniget

Gant dilhadoù ar re lazhet

 

Gant dilhadoù ar re varv

Gwashañ olizenn bet er vro !

 

 

Denez

La mort blanche

 

La neige tombe dans la cour

Le geai crie dans le jardin

La bise souffle dans les arbres

 

Ils me remettent en mémoire

Un terrible évènement

 

Un froid meurtrier qu’il y eut

Dans le pays voici près d’un siècle 

 

Emportant près de trois millions d’âmes

De quoi composer un chant

 

De quoi composer une Gwerz

Je l’ai appelée « La mort blanche ».

 

1

« -Qui frappe à ma porte si tard

Et demande à entrer

 

Si tard, qui frappe à ma porte

Dites-moi, au nom de Dieu !

 

S’il s’agit d’un voleur, 

Qu’il parte loin

 

Ici ne vit qu’une pauvre femme 

Une pauvre femme démunie

 

N’ayant pour tout bien

Que désespoir et douleur

 

Que douleur et désespoir

Rien d’autre !

 

-N’ayez crainte

Je ne suis qu’un voyageur égaré

 

Je ne suis qu’un voyageur fatigué

Et transi de froid

 

Je cherche un feu pour me réchauffer

Et une chaise pour me reposer

 

Une chaise pour me reposer

Ouvrez-moi la porte, je vous prie !

 

-La pierre de mon foyer est gelée

Et je n’ai plus de bois

 

Je n’ai plus de bois

Ni de chaise hélas

 

Ni de chaise, ni de banc

Je les ai brûlés pour me chauffer

 

Il ne me reste qu’une vieille planche

Sur laquelle sont étendus mes enfants

 

Enveloppés tous trois dans un même linceul

Mon époux est auprès d’eux

La mort blanche les a tous emportés ! ».

 

2

a)

À Kerspouron dur aurait été le cœur 

De celui qui n’eut pleuré

 

D’entendre à chaque coin de la ville

Siffler le vent glacé

 

D’entendre grincer tour à tour 

Le chariot de l’Ankoù et celui du fossoyeur

 

Le chariot du fossoyeur et celui de l’Ankoù

Dans un « kan-ha-diskan » bien funèbre

 

Tous deux si lourdement chargés

Qu’il fallait deux chevaux

 

Deux chevaux et parfois quatre

Pour transporter les morts !

 

b)

À Kerspouron dur aurait été le cœur 

De celui qui n’eut pleuré

 

De voir devant le cimetière

Des cadavres entassés par centaines

 

De jeunes et de vieux

Tous emportés par le froid

 

La terre était devenue si dure

Qu’on ne pouvait les enterrer !

 

Et devant eux le prêtre désemparé

Ne pouvait leur donner l’extrême onction

 

Les saintes huiles n’étaient plus que givre :

« Ô mon Dieu, quelle tristesse ! »

 

Il n’avait pas fini sa phrase

Qu’un vent fou se leva

 

Emportant dans son souffle une pluie glacée

Aussi tranchante que du verre brisé

 

Si bien qu’elle ne fit que charpie

De la soutane du prêtre

 

Il n’avait pas fini sa phrase

Qu’un vent glacial se déchaîna

 

Comme s’il fut venu tout droit de l’enfer*

Il pétrifia d’un seul coup

Le prêtre et les sacristains.

 

3

Là où habitaient sept cents personnes

Deux seulement survécurent

 

Deux seulement, quel malheur !

Un couple d’une vingtaine d’années

 

Grâce aux vêtements des victimes

Qu’ils brulèrent pour se chauffer

 

Qu’ils brulèrent sur la place du bourg

Pour faire un grand feu « de joie »**

Le pire qu’il y eût dans le pays.

 

* L’enfer est froid pour les Bretons (« an ifern yen »).

 

**Pour signifier « grand feu » en langue bretonne on utilise le mot « tantad ». Mais on l’emploie également pour dire « feu de joie ». On comprend mieux ainsi toute la tragédie du dernier vers.

 

Denez