Album An enchanting garden - Ul liorzh vurzhudus

An tri seblant

 

E Kerenor war beg ar roz

’Kaver dismantr un dourell gozh        

 

Dismantr un dourell gozh ’gaver

Gwezharall hini ur maner

 

Hag hi goloet gant roz-red

Hañv kenkoulz ha goañv holl bleuniet

 

Gwerzennoù ’deus din awenet

Kriz d’an neb a vo d’o c’hlevet

 

Kriz d’an neb hini o c’hlevo    

Ha laouen ivez war un dro 

 

Ha war un dro laouen ive’

Setu anezho hep dale :

 

1

Kolas Gwegan a Gererez    

Eürusañ den ’zo er barrez

 

E vestrez Rozenn Kozhmav

Bravañ plac’h yaouank ’zo er vro

 

’Vont d’he gwelet ur beurevezh

’Sebezas da heul dre deir gwezh

 

Ar c’hentañ hini a reas

Dre ar porched pa dremenas

 

’Klevet ’skrijal evn an Ankoù

Ha pell ’zo savet ar gouloù

 

An eilved hini a reas

E-kreiz ar porzh pa erruas

 

’Santout frond ar rozenn en aer

Hag ar bloaz e korf miz Genver

 

An trede hini a reas

’Barzh ar maner pa antreas

 

’Welet didan maen an oaled 

Hag er maez ’sortial moged

 

« Yec’hed ha joa en tiegezh

Kement ’zo ganin-me bemdez

 

Kement ’zo ganin-me bemdez

’Soñjal da Rozenn ma mestrez

 

Yec’hed ha joa gant ’n holl a-bezh

E Kerenor petra ’c’hoarvez

 

Pa glevan ’skrijal ar gaouenn

Kreisteiz sonet, a-bouez he fenn ?

 

Pa santan ’maez frond ar rozenn

Ha divleuñv al liorzh penn-da-benn ?

 

Pa welan ’tont maez ar moged

Marv an tan war an oaled ? »

 

Ar vatezh vihan p’e glevas

Morlivet he fenn ’respontas 

 

’Respontas dezhañ ’n ur grenañ

Kig hag eskern, tost da semplañ :

 

« Allas ’vidon kriz da lâret

’Vidoc’h sur krisoc’h da glevet

 

’Vidoc’h sur krisoc’h da glevet

Ho mestrez koant ’zo tremenet

 

Tremenet trumm en noz pase’t

Un derzhienn-ruz ’deus he c’haset ! ».    

 

3

Kolas Gwegan ’lâre ’vel-se

Nebeud goude war e wele

 

Nebeud goude war e vare

D’e dad ha d’e vamm ’n e goste’ :

 

« Ma zad, ma mamm, ma am c’haret

Fenoz c’hwi ’savo ur banked

 

Fenoz c’hwi ’savo ur banked

’Vidon ha ma muiañ karet

 

C’hwi hol lako war ar vazh-kañv

Gwisket eured, en hor c’haerañ

 

En hor c’haerañ, gwisket eured

Kichen-ha-kichen, diarched

 

Kichen-ha-kichen, dorn-ha-dorn

Ur boked-eured e pep korn

        

E pep korn ur boked roz gwenn

Hag e pep penn ur c’houlaouenn

 

Ha tro-war-dro ar gañverien

’Raio friko, drev ha laouen

 

Ha tud an eured tro-war-dro

Kontristet holl ’raio kanvo’

 

Hag hanternoz pa vo sonet

C’hwi hor c’haso eeun d’ar vered

 

’Kreiz ar goueloù e vimp dime’t

E kan ar brini, ar fraved

 

Beziet e vimp ’kreiz an dañsoù

E son ar vombard, ar binioù

 

Hag ar beleg kozh ’penn an dañs

’Nou’o ac’hanomp er gadañs

 

Hag ar beleg kozh en dañs-tro

Tomm gant ar mez hor bennigo

 

Tomm gant ar mez hor bennigo

’Ouelañ ha c’hoarzhin war un dro :

 

« Eurvat, eurvat ha levenez

Eurvat, eurvat ha karantez

Da virviken d’an dud nevez ! ».

 

Denez

 

Les trois présages de mort

 

À Kenenor en haut de la vallée

Il y a une vieille tour en ruine

 

Il y a une vieille tour en ruine

Vestige d’un ancien manoir

 

Couvert de roses grimpantes

Fleuries été comme hiver

 

Elles m’ont inspiré quelques vers

Poignants pour qui les entendra

 

Poignants et joyeux à la fois

Les voici sans attendre.

 

1

Kolas Gwegan de Kererez

Est l’homme le plus heureux du pays

 

Son amie Rozenn Kozhmav

Est la plus belle fille du pays

 

Un matin en lui rendant visite

Il fut surpris à trois reprises

 

La première fois en passant le porche

Il entendit l’oiseau de la mort*

Le jour était pourtant levé

 

La deuxième fois en traversant la cour

Il sentit le parfum de la rose

En plein mois de janvier

 

La troisième fois en entrant dans le manoir

Il vit le foyer éteint

De la fumée sortait pourtant au dehors

 

« Santé et joie à tous

Autant que j’en ai moi-même

 

Autant que j’en ai chaque jour

Quand je pense à mon amie Rozenn

 

Santé et joie à tous

Que se passe-t-il à Kerenor ?

 

J’entends le cri perçant de la chouette

Midi a pourtant sonné

 

Je sens le parfum de la rose

Et il n’y a pas de fleur dans le courtil 

 

Je vois fumer la cheminée 

Et il n’y a pas de feu dans l’âtre ! »

 

Et la jeune servante de lui répondre

Le visage blême et tremblante

 

Le visage blême et tremblante

Prête à s’évanouir

 

« C’est un crève-cœur de le dire

Plus encore de l’entendre

 

Plus encore pour vous

Votre plus-aimé a trépassé

 

Elle a trépassé cette nuit

Emportée par une fièvre rouge !

 

3

Kolas Gwegan disait ainsi

Peu après étendu sur son lit

 

Sur son lit de mort, à l'agonie

À son père et à sa mère près de lui

 

« Père, mère, si vous m’aimez

Vous ferez un grand banquet 

 

Un grand banquet ce soir

Pour moi et celle que j’aime

 

Vous nous mettrez sur des tréteaux funèbres

Parés de nos plus beaux habits

 

Parés de nos habits de noce

Côte à côte, sans cercueil

 

Côte à côte, main dans la main

Un bouquet de mariage aux quatre coins

 

Aux quatre coins des roses blanches 

De chaque côté un cierge funéraire

 

Tout autour les gens endeuillés

Festoieront joyeusement

 

Tout autour les gens de la noce

Diront des oraisons funèbres

 

Et quand minuit aura sonné

Vous nous emporterez au cimetière

 

Nous marier dans les pleurs

Au chant des corbeaux et des corneilles

 

Nous enterrer au milieu des danses

Au son de la bombarde et du biniou

 

Le vieux prêtre en tête de farandole

Nous donnera l’extrême onction

 

Le vieux prêtre dans la ronde

Ivre d’hydromel nous sanctifiera

 

Ivre d’hydromel nous sanctifiera

Pleurant et riant à la fois

 

« Bonheur, bonheur et joie 

Bonheur, bonheur et amour

Aux jeunes époux pour toujours ! ».

 

*La chouette effraie

 

Denez