Album Sarac'h

Ar vamm lazherez

 

1

Trizek bugel am eus ganet

En desped din nemet merc’hed

 

Daouzek anezho ’m eus lazhet

N’on ket deu’t ’benn an drizekvet

 

N’on ket deu’t ’benn an drizekvet

Ha n’eo ket hep bezañ klasket.

 

2

An noz all pa oan kousket krenn

Gant un droug skrijus ’tihunen

 

Ur marvran ruz-tan ha diskarn

’Sanke e veg don em skouarn

 

Hag unan all gwenn-kann-eon

’Skilfe ha ’gigne ma divronn

 

Hag antronoz d’ar gouloù de’z

En em gavet ’oan dougerez

 

En em gavet ’oan dougerez

Genel ’raen en abardaez

 

Ur verc’h vihan an drizekvet

Pa m’oa ken c’hoant paotrig kaouet

 

Ur verc’h vihan he blev rouz-flamm

Heñvel buhez ouzh re he mamm

 

Ur verc’h du-glaou he daoulagad

Diouzh re he mamm disheñvel mat

Ne ouzen dare piv an tad 

 

« Hunit, hunit bravig aelig

Hag ober ’rin deoc’h allazig

 

Hag ober ’rin deoc’h un toullig

Dindan ar sapin el liorzhig

 

Ha kanañ ’rin deoc’h ur chañson

« Gwerz ar marv, kan an anaon ! »

 

’M boa ket gant ma ger echuet

Ma roen dezhi laezh kontammet

 

Ma roen dezhi laezh kontammet

Goulenn ’rae en-dro p’oa denet

 

Kemer ’raen neuze ur blueg-treid

Hag he mougen hep truez ’bet

 

Met ’benn ur pennad goude-se

Balbouzat a rae adarre

 

Balbouzat a rae ’n he c’havell

Kemer ’raen neuze ur gontell

 

Ha da skeiñ fulor ennon

’Kreiz he bruched ’barzh he c’halon

 

Ha da skeiñ forzh ma c’hellen

Met ne ziwade ket, takenn !

 

Ha da skeiñ a-daol-da-daol    

Ha da skeiñ ’vel unan foll

 

Ha da skeiñ, skeiñ kemen’

Ma erruen skuizh ha ’semplen

Antronoz vintin ’tihunen    

 

Gant mouezhig ma merc’h milliget

A seblante din o lâret :

« Na pegen mat ’m eus-me kousket ! ».

 

3

Ha setu hi deuet d’he oad

Evit ma brasañ kalonad

 

Abred ha diwe’t, noz-ha-de’z

Ne ra din nemet gwall-vuhez

 

Ne ra din nemet gwalldroio’

Un deiz a vo ma distrujo :

 

« Me ho ped ma mamm, ma mammig

Daoust hag eñ rofec’h din ho pig

 

Ho pig pe ho pal ne ra forzh

Ma kleuzfen un toull el liorzh

 

Ma kleuzfen un toull er jardrin

Da blantañ eno ur sapin

 

Da blantañ ur sapin eno

E lec’h ’n hini kozh ’zo marv

 

E lec’h ’n hini kozh ’zo gweñvet        

Ma mamm, ma mammig, me ho ped ! »

 

Ha me paourkaezh sod da blegañ

Ha da reiñ dezhi peadra

 

Ha da reiñ dezhi peadra

Nebeud goude ’lâre din c’hoa’ :

 

« Echu ma zoullig ma mammig

Deu’t ’ta da welet un tammig ! »

 

Met p’oan erru evit sellet

Ganti a-dreñv din ’oa chomet

’Oan bountet ennañ ha beziet !

 

4

Ha setu me en douar don    

Seziset on gant ar spouron

 

Ha da skrapat, da ziskrapat

Allas, allas din, hep tro vat

 

Allas, allas din, ’ra netra

’Met kouezhañ ’m eus aon donoc’h-c’hoa’

 

Ha da grial a-rann galon

Met den da glevet ac’hanon

 

Ha da c’hervel a-bouez ma fenn

Met den d’am respont em bez yen

 

’Met heklev ar preñved gludek

O rampañ etre ma bizied !

 

5

Daoust petra ’n un taol ar youc’h-se ?

Lârit din ’ta, e anv Doue !

 

Daoust petra ’n un taol ’r safar-mañ

’Lak an douar holl da grenañ !

 

’Welan a-bell ur stroll o tont

En e benn an Ankoù, ur spont !        

 

Hag eñ pignet war ur marc’h dall

En daou du tanfoeltr o strakal !

 

En daou du o strinkañ moged

D’e heul bugale o vonet

 

D’e heul o vonet krotoused

O c’horf hag o fenn digiget 

 

D’e heul o vonet merc’higoù

O ma ene, ma re eo !

 

Ha ’tonet o-holl war ma zro

Ha ’koroll, ’kanañ war un dro

 

Ha war un dro ’koroll, ’kanañ

A-dro-da-dro tishoc’h-tishañ :

 

« Hunit, hunit bravig mammig

Ha kanañ ’raimp deoc’h ur sonig

 

Ha kanañ ’raimp deoc’h ur sonenn

Gwerz ar soufrañs, kan an ifern ! ».

 

Denez

La mère tueuse

 

1

J’ai mis au monde treize enfants

À mon grand désespoir que des filles

 

J’en ai tué douze

Je ne suis pas venue à bout de la treizième

 

Je ne suis pas venue à bout de la treizième

Et ce n’est pas faute d’avoir essayé.

 

2

L’autre nuit comme je dormais profondément

Je fus réveillée par un terrible mal

 

Un corbeau rouge feu, décharné

Enfonçait son bec dans mon oreille

 

Et un autre blanc-écume

Griffait et blessait mon sein

 

Le lendemain à l’aube

Je me trouvais enceinte

 

Je me trouvais enceinte

Et accouchais l’après-midi

 

D’une petite fille la treizième

Moi qui voulais tant un garçon

 

D’une petite fille aux cheveux roux

Comme ceux de sa mère

 

D’une petite fille aux yeux noirs-charbon

Ce n’était pas les yeux de sa mère

Je ne savais pas qui en était le père

 

« Dormez, dormez sagement bel ange

Et je vous câlinerez

 

Et je vous creuserez une petite fosse

Dans le jardin sous le sapin

 

Et je vous chanterai une chanson

« La Gwerz de la mort, le chant des défunts ! »

 

Je n’avais pas fini ces mots

Que je lui donnai du lait empoisonné

 

Je lui donnai du lait empoisonné

Elle en redemanda

 

Je prenai alors un édredon

Et l’étouffai sans pitié

 

Mais peu de temps après

Elle babillait à nouveau

 

Elle babillait dans son berceau

Je m’emparai alors d’un couteau

 

Et la frappai pleine de fureur 

Dans la poitrine, en plein coeur

 

Je la frappai de toutes mes forces

Sans que coule la moindre goutte de sang !

 

Je la frappai coup sur coup

Je la frappai comme une folle

 

Je la frappai, frappai si fort

Qu’épuisée, je défaillis

 

Le lendemain matin j’étais réveillé

Par la petite voix de ma maudite fille

 

Elle semblait me dire

« Comme j’ai bien dormi ! ».

 

3

La voici devenue grande

Pour mon plus grand malheur

 

Matin et soir, jour et nuit

Elle rend ma vie infernale

 

Elle me joue des sales tours

Un jour, elle me tuera

 

« Ma mère, je vous prie 

Donnez-moi votre pioche

 

Votre pioche ou votre pelle, peu importe

Que je creuse un trou dans le jardin

 

Que je creuse un trou dans le jardin    

Pour y planter un nouvel arbre

 

Pour y planter un nouvel arbre

À la place du sapin mort 

Ma mère, je vous prie ! »

 

Et moi pauvre idiote, je fléchi

Peu après, elle me dit encore

 

« Ma mère, j’ai fini de creuser

Venez donc voir ! »

 

Mais une fois au bord la fosse

Elle me poussa à l’intérieur

Et elle m’y enterra.

 

4

Me voici enfouie sous terre

Pétrifiée de terreur

 

Je gratte, je me débats

Hélas, hélas ! en vain

 

Hélas, hélas ! je n’arrive à rien

Qu’à m’enfoncer plus encore

 

Je crie de tout mon être

Mais personne ne m’entend

 

J’appelle à tue-tête

Mais personne ne me répond 

Dans ma tombe froide

 

Que l’écho des vers visqueux

Qui glissent entre mes doigts !

 

5

Mais quelle est cette clameur

Dites-moi, au nom de Dieu !

 

Mais quel est ce vacarme

Qui fait trembler la terre ?

 

Je vois une foule venir à moi

En tête l’Ankou, quelle épouvante !

 

Il monte un cheval aveugle

De chaque côté la foudre éclate

 

De chaque côté jaillit de la fumée

Derrière lui vont des enfants

 

Vont des enfants avortés

Corps et visages décharnés        

 

Derrière lui vont douze filles

Ô mon âme, ce sont les miennes !

 

Elles font une ronde autour de moi

Et se mettent à danser et à chanter

 

Et elles tournent encore et encore 

De plus en plus vite à chaque tour

 

« Douce mère, dormez sagement

Et nous vous chanterons une chanson

 

Nous vous chanterons une belle chanson

« La Gwerz de la douleur, le chant de l’enfer ! ».

 

Denez