Ur vag nevez a Vontroulez

 

Cette Gwerz très ancienne a été transmise à Denez par sa grand-mère. Cette dernière l'avait elle-même apprise de son père qui l'avait retranscrite phonétiquement sur la page d'un cahier dont voici la reproduction :

 

Ur vag nevez a Vontroulez 

(version originale.)

 

Ur vag nevez a Vontroulez

A zo ar bloaz-mañ muntrerez

 

O vont da bardoniañ da Sant-Yann

He deus beuzet holl dud Plouyann

 

O vont da bardon Sant-Yann-Ar-Biz

En deus beuzet holl Plouyanniz.

 

« -Koñje tad ha mamm a c’houlennan

Koñje da vont da bardoniañ ?

 

-Da bardoniañ c’hwi ne ’z eoc’h ket

Kar an avel a zo cheñchet

 

An avel ’zo diwar dour ar Yeodeg

Ur gwalleur bennak ’zo erruet

 

Ur gwalleur bennak a zo erruet

Ur vagad tud a zo beuzet

 

Ur vagad tud ha tud yaouank

Bez ’oa enni seizh den ha kant ! »

 

Ar muiañ truez am boa outo

Ur wreg yaouank a oa anezho

 

Ar wreg yaouank a lavare

« Livirit an holl chapeledoù

 

Ha me lavaro va eurioù

Dre ma troio ar vag war he genoù

 

Aotrou Sant Yann diwar bord ar mor

C’hwi ’zo mestr an avel hag ar mor

 

Resevit din-me va inosant

A zo vont da foñs ar mor hep badeziant

 

Me a roio deoc’h ur gouriz aer

A ra an dro tout d’ho holl douar

 

Me ’roio deoc’h seizh gwalenn lien

Da wiskañ aoter Sant Yann !

 

Me ’roio deoc’h ur banniel ruz

Un troad balaenn ouzh e souten

Gant seizh kloc’h arc’hant e pep penn ! ».

 

N’ doa ket he ger ganti peurachuet

Ar mor bras dre an hanter ’zo rannet

 

En aod Sant Yann en deus kavet

Ur bugel bian n’en deus droug ebet

 

War e galon ur bod bezhin glas

Da ziskouez ’oa ganet er mor bras

 

En e zorn dehoù ur bilhed gwenn

Buhez e vamm tout penn da benn

 

War e zorn kleiz ur bilhed du

Da ziskouez ’oa kristen da Jezus.

 

« Digor an nor porcher Rosko

Emañ erru an dud veuzet en-dro

 

Digor frank porched ar vered

Da interiñ an dud veuzet ! ».

Ur vag nevez a Vontroulez 

(version modifiée pour retrouver certaines rimes.)

 

Ur vag nevez a Vontroulez

’Zo bet ar bloaz-mañ muntrerez

 

’Vont da bardoniañ da Sant-Yann

He deus beuzet holl dud Plouyann

 

’Vont da bardon Sant-Yann-Ar-Biz

He deus beuzet 'n holl Plouyanniz.

 

« -Koñje tad ha mamm ’c’houlennan

Koñje da vont da bardoniañ ?

 

-Da bardoniañ c’hwi ne ’z eoc’h ket

Kar an avel a zo cheñchet

 

Emañ diwar dour ar Yeodeg

Ur gwalleur bras ’zo erruet

 

Ur gwalleur bras ’zo erruet

Ur vagad tud a zo beuzet

 

Ur vagad tud ha tud yaouank

Bez ’oa enni seizh den ha kant ! ».

 

Ar muiañ truez  ’m boa outo

Ur wreg yaouank ’oa anezho

 

Ar wreg yaouank a lavare

War vourzh ar vatimant neuze : °

 

« Livirit ’n holl chapeledoù

Ha me lavaro va eurioù

 

Ha me lavaro va eurioù

Pa droio ’r vag war he genoù

 

Aotrou Sant Yann eus bord ar mor

C’hwi mestr an avel hag ar mor

 

Resevit din va inosant

’Varvo er mor hep badeziant

 

Me ’roio deoc’h ur gouriz koar

’Raio teir zro d’ho holl douar

 

Me ’roio deoc’h seizh gwalenn lien°

’S ar bravañ danvez, unan wenn°

 

’S ar bravañ danvez, unan voan° /sidan°

Da wiskañ taol ho sakraman' !°

 

Me ’roio deoc’h ur banniel ru’

Gant seizh kloc’h arc’hant e pep tu°

 

Gant seizh kloc’h arc’hant e pep penn°

Un troad balaenn ouzh e souten ! »

 

N’ doa ket he ger peurachuet

Ar mor dre ’n hanter ’zo rannet

 

En aod Sant Yann en deus kavet

Ur bugel n’en deus droug ebet

 

War e galon ur bod bezhin glas

Da ziskouez ’oa ganet er mor bras

 

En e zorn dehoù ur bilhed gwenn

Buhez e vamm holl penn da benn

 

En e zorn kleiz ur bilhed du

Da ziskouez ’oa kristen da Jezus.

 

« Digor an nor porcher Rosko

Emañ erru ar re varv°

 

Digor frank porched ar vered

Da interiñ ar re veuzet ! ».

 

°Modifications par Denez

Le bateau de Morlaix

 

 

Cette année, un bateau de Morlaix

A fait naufrage

En allant au pardon de Saint-Jean-Du-Doigt

 

Il a fait naufrage

Tout ceux de Ploujean se sont noyés

 

« -Père, mère, je vous en prie

Laissez-moi aller au pardon !

 

-Tu n’iras pas au pardon

Le vent vient de changer

 

Le vent vient de tourner

Il souffle du côté du Yaodet

 

Un grand malheur est arrivé

Un navire a sombré

 

Sept cents personnes ont péri

Jeunes pour la plupart ! »

 

C'est pour une jeune mère 

Que j'ai le plus de pitié

 

Elle disait sur le pont du navire :

« Récitez vos chapelets

 

Quand le navire chavirera

Je dirai des grâces !

Saint Jean, maître de la mer et du vent

Accueillez mon enfant innocent

 

Mon enfant qui vient de naître

Avant qu'il ne meurt sans baptême

 

Je vous offrirai une ceinture de cire

Qui fera trois fois le tour de vos terres

 

Je vous offrirai sept aunes de toile blanche

Pour habiller votre autel

 

Je vous offrirai une bannière rouge

Au manche en ivoire

Et ornée de cloches d’argent ! »

 

À ces mots, la mer se fendît en deux

Et saint Jean trouva sur le sable

Un petit enfant sain et sauf

 

Sur le cœur un bouquet de goémon bleu

Il était né sur la grande mer

 

Dans la main gauche un billet noir

Il était chrétien

 

Dans la main droite un billet blanc

La vie de sa mère y était écrite.

 

« Portier de Roscoff

Ouvrez la porte de la ville

Laisserz entrer les noyés

 

Ouvrez grand la porte du cimetière

Pour enterrer les morts ! ».