Album Stur an avel - Le gouvernail du vent 

Gwerz Montsegur

 

E Montsegur ’n hini ’z afe

Dismantroù ur c’hastell ’welfe

 

’Welfe dismantroù ur c’hastell

War ar menez kludet uhel

 

Gant ar gatared bet savet

Pell amzer a zo, eizh kanved

 

Bet savet gant ar gatared

Ur marv kriz eno ’deus bet

 

Eno ’deus bet ur marv kriz

Goude ur seziz triwec’h miz

 

Goude ur seziz hir-meurbet

Tapet int bet ha kondaonet

 

Kondaonet o-holl d’ar buched

Gant Loeiz IX, ur roue kalet

 

Savet ’m eus ur werzenn nevez

Na zisoñjo den o finvezh

 

Ur werzenn nevez ’m eus savet

Poanius d’an neb ’vo d’he c’hlevet :

 

1

E Montsegur ’n hini ’vije

A wadje kalon hag ene

 

Kalon hag ene e wadje

D’ar c’huzh-heol an devezh-se

 

Un ambroug o welet eno

Unan kañvaouus o ya, mar zo

 

Un ambroug eno o welet

Tud kozh ha yaouank gwallsammet

 

Tud kozh ha yaouank, un drue’

Chadennet an eil d’egile 

 

Tud kozh ha yaouank mac’hagnet

O divskouarn, o zeodoù skizhet

 

O divskouarn, o zeodoù skizhet

Hag o daoulagad diframmet

 

’Met gant unan, ’penn ar steudad

Ul lagad dezhañ chomet mat

 

’Met gant unan, ur paotr bihan

Ul lagad espernet dezhañ

 

Dezhañ ul lagad espernet

Da gas ar strollad d’ar buched !

 

2

« -E Montsegur, din-me lâret

Din-me lâret pa n’ouzon ket

 

E Montsegur petra ’erru

’Vit gwelet an oabl liv ru’

 

Koulskoude an heol kuzhet

Ha ’r pennad ’zo kreiznoz sonet ?

 

-E Montsegur ’vit lâret ferm

Digor frank dorioù an ifern

 

E Montsegur ur c’horadenn

Enni o leskiñ pemp kant den

 

Enni o leskiñ o, ma Doue

Gwazed, maouezed ha bugale ! ».

 

3

E Montsegur war al leurenn

Neb a spontje a-walc’h neuzen

 

Eno un tantad ya, ken gouez

Ma faote dindan ar pavez

 

Ma faote tout ar pavezioù

Ha strinke holl ar gwerennoù

Diouzh ar prenester a-dammoù

 

Eno un tantad ya, ken bev

Ma ’virve dour ar feunteunio’

 

Ma ’virve dour ar feunteunio’

Ha ’weñve ar gwez tro-war-dro !

 

Eno un tantad ya, ken bras

Ma c’helled santoud ar c’hig poazh

Betek teir lev ha pelloc’h c’hoazh !

 

Met fonnus a-walc’h ne oa ket

Ne oa ket d’ar seblant, tamm ’bet

 

Tamm ’bet evit ar vourevien

Ha kuit d’ar vered ’tal kichen

 

Da zizouarañ ar re varv

Ur vezh, ’vit en bouetañ en-dro !

 

Ha pemp kant all e dek karrad

D’ober ur milier, « ur gont vat »

Ha kig en-dro da vourbouilhat !

 

Hag e dek karrad pemp kant all

D’ober ur milier, « n’eo ket fall »

Hag eskern en-dro da strakal !

 

4

« -E Montsegur, din-me lâret

Din-me lâret pa n’ouzon ket

 

E Montsegur petra ’erru

’Vit gwelet an oabl liv du

 

Koulskoude an heol savet

Ha ’r pennad ’zo kreisteiz sonet ?

 

-E Montsegur ’vit lâret ferm

Serr en-dro dorioù an ifern

 

E Montsegur nemet ludu

Fuet g’an avel-viz a bep tu

 

Fuet a bep tu g’an avel-viz

Aet eo an holl Vontseguriz ! ».

 

5

E Montsegur neb a vije

’Vije fromet an deiz goude

 

An deiz goude ’vije fromet

D’ar sav-heol, mintin abred

 

O welet a-us d’ar c’hastell

Ur ganevedenn o sevel

 

O sevel ur ganevedenn

Evel ur pont a sklêrijenn

 

Etre an douar hag an neñvoù

Ouzh e treuziñ kelerennoù

Kelerennoù dre gantadoù

 

Kelerennoù alaouret

Eneoù ar re verzheret

 

Er Baradoz holl o pignat

Ha gras dezho da vezañ mat

 

Goude ar poanioù diwasket

War an douar pa oant enkorfet.

 

Denez

 

La Gwerz de Montségur

 

Quiconque irait à Montségur

Y verrait un château en ruine

 

Il y verrait un château en ruine

Perché sur la montagne 

 

Construit par les cathares

Il y a longtemps, il y a huit siècles

 

Il y a huit siècles, il y a longtemps

Ils y périrent d’une mort cruelle

 

Ils y périrent d’une mort cruelle

Après dix-huit mois de siège

 

Après un siège sans fin

Ils furent capturés et condamnés

 

Tous condamnés au bûcher

Par Louis IX, un roi sans pitié.

 

J’ai composé un chant nouveau

À leur mémoire

 

J’ai composé une Gwerz

Tragique pour qui l’entendra.

 

1

À Montségur quiconque

Eut saigné corps et âme

 

Eut saigné corps et âme

Ce jour-là, au coucher du soleil

 

De voir un long cortège

Lugubre s’il en est un

 

Un cortège lugubre s’il en est un 

De jeunes et de vieux en longue file

 

De jeunes et de vieux, quelle tristesse !

Enchaînés les uns aux autres

 

De jeunes et de vieux mutilés

Oreilles et langues tranchées

 

Oreilles et langues tranchées

Les yeux arrachés

 

À l’exception d’un seul 

En tête de cortège

 

À l’exception d’un petit garçon

À qui fut épargné un œil

 

À qui un œil fut épargné

Pour qu’il les mène tous au bûcher !

 

2

« -Dites-moi, que se passe-t-il 

À Montségur que je ne sais pas

 

À Montségur quel est ce ciel rouge

Alors que le soleil est couché

 

Alors que le soleil est couché

Et minuit sonné depuis longtemps ?

 

-À Montségur à dire vrai

Les portes de l’enfer sont grandes ouvertes

 

À Montségur, se dresse un brasier

Où brûlent cinq cents personnes

 

Cinq cents personnes, Ô mon Dieu !

Des hommes, des femmes et des enfants ! ».

 

3

À Montségur sur la grand-place

Quiconque aurait été saisi d’effroi

 

De voir un feu si ardent

Que la pierre en dessous se fendait

 

Que se fendait en dessous le pavé

Et volaient en éclats les fenêtres alentour !

 

De voir un feu si intense

Que bouillonnaient les fontaines

 

Que bouillonnaient les fontaines

Et se flétrissaient les arbres !

 

De voir un feu si grand

Qu’on sentait la chair brûlée

À plusieurs lieues à la ronde !

 

Mais la flamme n’était pas assez « nourrie »

Non pas assez, sembla-t-il

 

Et les bourreaux de se rendre au cimetière

Ô blasphème, et d’y déterrer les morts !

 

En voici cinq cents autres

Dix charretées pleines

Pour en faire mille

 

Pour en faire un millier

Et la chair de brûler plus encore

 

La chair de brûler plus encore

Et les os de craquer de plus belle !

 

4

« -Dites-moi, que se passe-t-il 

À Montségur que je ne sais pas

 

À Montségur quel est ce ciel noir

Alors que le soleil est levé

 

Alors que le soleil est levé

Et midi sonné depuis longtemps ?

 

-À Montségur à dire vrai

Les portes de l’enfer se sont refermées

 

À Montségur plus rien que cendre

Dispersée par le vent glacé

 

À Montségur plus rien, plus rien

Les cathares ont tous péri ! ».

 

5

À Montségur quiconque

Aurait été ému aux larmes

 

Il aurait été ému aux larmes

Le lendemain, au lever du soleil

 

De voir au dessus du château

S’élever un arc-en-ciel 

 

Entre terre et ciel

Comme un pont de lumière

 

Comme un pont de lumière

Traversé par des feux follets

Des feux follets par centaines

 

Des feux follets dorés :

Les âmes des martyrs

 

Montant toutes au Paradis

Puissent-elles y être en paix

 

Puissent-elles y être en paix

Après avoir tant souffert sur terre.

 

Denez